mercredi 21 mars 2007

Bookmates

Voilà quelques temps que je visite régulièrement le blog de Joëlle: Bookmates. Elle a organisé un concept très intéressant et pratique.


Le principe est de donner des livres - ce que vous avez déjà lu et que vous ne relirez plus, ceux que malencontrueusement vous avez acheté en double exemplaire, ceux que vous n'êtes jamais arrivé à ouvrir - gratuitement à ceux qui ne les ont pas encore lu. Vous reperez le livre attendu, vous laissez un commentaire et si vous êtes le premier le livre vous revient. Le donneur l'envoie à ses frais au demandeur. Le principe est bien entendu de remettre les livres en circulation une fois lu et de l'envoyer au demandeur suivant, à ses frais.

Je me suis donc lancé, il y a quelques temps pour Onze minutes de Paulo Coelho. Après avoir laissé un commentaire - j'ai été la première! - Joëlle nous a mis en contact - moi et ma généreuse donatrice -, je lui ai envoyé un message en lui précisant mon adresse et elle me l'a généreusement envoyé. Il est arrivé aujourd'hui dans ma boîte aux lettres! Bien évidement, je le remettrais en circulation dès que je l'aurai lu - euh, comptez peut être un mois ou deux quand même!

Un système très astucieux et qui à l'air de très bien fonctionner... Bravo Joëlle pour ton blog!

Onze minutes.
Un livre de Paulo Coelho.
Paru en 2004.

L'histoire:
Maria est une toute jeune Brésilienne du Nordeste. Elle, qui n’aspire qu’à l’Aventure, au grand amour, et travaille comme vendeuse dans un magasin de tissus, s’offre une semaine de vacances à Rio de Janeiro. Sur la plage de Copacabana, un Suisse lui propose de devenir danseuse de cabaret à Genève. Elle voit là le début d’un conte de fées, mais la réalité sera tout autre. Maria en vient à se prostituer : sans honte, puisqu’elle apprend à son âme à ne pas se plaindre de ce que fait son corps, et qu’elle s’interdit de tomber amoureuse. Après tout, la prostitution est un métier comme un autre, avec ses règles, ses horaires et ses jours de repos… Mais le sexe — tout comme l’amour — reste pour elle une énigme. C’est alors qu’elle rencontre un jeune peintre qui la trouble, car, s’il est aussi perdu qu’elle, il sait parler le langage de l’âme. Pour découvrir le sens sacré de la sexualité, Maria devra trouver le chemin de la réconciliation avec elle-même.

Lu en avril 2007; ma critique ici.

Aucun commentaire: