mercredi 21 mars 2007

Encore trois nouveaux

Je sais, j'avais promis que les livres achetés la semaine dernière seraient les derniers... mais je n'ai pas pu m'empêcher d'acheter trois petits livres chez un bouquiniste du Mans... pour me remonter le moral (2 x 5 h de concours en deux jours... J'avais le droit, non?)...

Un premier livre en hommage à Henri Troyat, que je n'ai jamais lu mais que j'ai bien l'intention de découvrir...
La neige en deuil
Un livre d'Henri Troyat
Publié en 1952.

L'histoire:

"L'attache du traineau se tandait, se relâchait, selon le relief du terrain. Isaïe serrait la corde dans sa main blessée. Un sourire crispait ses lèvres. Son regard ne quittait pas la figure de cette femme, venue des Indes, qui descendait au fil de la neige et le tirait lui-même en avant."
Par trois fois, le mauvais sort s'est abattu sur Isaïe. Hier guide réputé de haute montagne, il vit désormais reclus dans la maison familiale où seule la présence de quelques brebis et de son frère Marcellin le relie encore au monde des vivants.
Mais ce dernier étouffe et veut à tout prix échapper à cette vie misérable. Aussi, lorsqu'un avion long-courrier s'écrase sur le sommet inaccessible qui domine le village, les deux frères reprennent le chemin de la montagne. On dit que l'épave contient de l'or, et d'inestimable promesses d'avenir.

L'auteur:
Né à Moscou en 1911, Henri Troyat se réfugie en France pour échapper à la révolution bolchevique. Elu à l'Académie française en 1959, il a publié avec succès plusieurs cycles romanesques (Tant que la terre durera, La lumière des justes,...) ainsi que de nombreux romans et biographies.

Les tsarines, les femmes qui ont fait la Russie.
Un livre de Vladimir Fédorovski.
Paru en 2000.

L'histoire:
En Russie, l'influence des femmes en politique a pris racine dans une étonnante tradition historique devenue un véritable phénomène de civilisation. Celles que l'on a coutume d'appeler les " Tsarines ", même lorsqu'elles n'ont aucun lien avec la famille impériale, voient leur pouvoir prendre corps au XVIIIe siècle, où les femmes régnèrent sans interruption. Le XIXe siècle est celui des Tsarines de l'ombre. Des palais de Saint-Pétersbourg aux souterrains du Kremlin, les égéries occultes d'Alexandre Ier et Alexandre II, Mme de Krüdener et la célèbre Katia Dolgorouki, eurent une influence politique notable. Sans oublier la femme de Nicolas II et son redoutable directeur de conscience, Raspoutine. L'époque contemporaine a perpétué cette tradition, de l'égérie secrète de Brejnev, dont très peu connaissent l'histoire, à Raïssa Gorbatchev, qui joua lors de la perestroïka un rôle de premier plan. Tatiana, la fille de Boris Eltsine, releva le défi de ces Tsarines qui, encore aujourd'hui, règnent dans l'ombre.

C'est fou ce qu'on voit de choses dans la vie!
Un livre de Nicole de Buron.
Paru en 2006.

L'histoire:
Pensionnaire au Maroc, auto-stoppeuse en Norvège, nounou à Paris, professeur en Ecosse... C'est fou ce que Nicole, alias Victoire puis Victoria, de Buron avait déjà vu de choses dans la vie à l'âge où celle de la plupart des gens n'a pas encore commencé ! Il faut dire qu'avec des parents divorcés à une époque où ça ne se faisait pas, une mère plus intéressée par les hommes que par sa fille, un père officier aux colonies, et la guerre par-dessus le marché, il y avait de quoi être ballottée. Mais forgée par les épreuves et une saine éducation, elle a acquis un sacré caractère : curiosité, aplomb, débrouillardise et surtout un inaltérable sens de l'humour constituent à n'en pas douter le meilleur des bagages pour grandir en prenant la vie côté surprise!

Aucun commentaire: